© Pierre Jayet / Isere Attractivité

Pourquoi Grenoble est capitale verte ?

C'est parmi 18 cités européennes que Grenoble a été choisie afin d'incarner le projet urbain européen en 2022. Face aux trois autres villes finalistes Turin, Tallinn et Dijon, Grenoble a remporté le prix le jeudi 8 octobre 2020 grâce au caractère transversal et pionnier de ses actions en faveur de la transition écologique. Elle est la deuxième ville française à recevoir ce prix après Nantes en 2013, et succède à Lahti en Finlande, lauréate en 2021.

Grenoble, porte des Alpes : aux portes de l’avenir

Fête des tuiles à GrenobleVoir l'image en grand
Fête des tuiles à Grenoble : © Sylvain Frappat / Ville de Grenoble

Ville dense de plus de 160 000 habitants, Grenoble fait battre le cœur d'une métropole de 450 000 habitants, au sein du département de l'Isère et de la deuxième plus grande région de France. Dynamique, montagnarde et sportive, riche d'un patrimoine varié, Grenoble, positionnée au carrefour de trois massifs alpins, la Chartreuse, Belledonne et le Vercors, se situe à la croisée des chemins dans tous les sens du terme...
Face aux défis du changement climatique, de la pression foncière, des mobilités, de la qualité de l'air, de l'eau et de la vie en général, Grenoble continue d'agir en pionnière, fidèle à sa tradition d'innovation et d'ouverture. Très tôt, son agglomération a redoublé d'efforts, rehaussant ses ambitions en matière de qualité de vie et de respect de l'environnement.

Grenoble, sentinelle des Alpes : toujours un temps d’avance

Voir l'image en grand
© Thierry Chenu / Ville de Grenoble
La candidature de Grenoble au titre de Capitale verte s'est distinguée par une politique de transition écologique à la fois cohérente et ambitieuse, menée de longue date. Avec à la clé des résultats tangibles, des réalisations chiffrées et des objectifs ambitieux.

La qualité de la mobilité, des performances énergétiques et de l'utilisation durable du territoire dessinent un bilan impressionnant :

  • Grenoble s'est dotée d’un plan climat local, le premier de France dès 2005. Ces initiatives ont permis de réduire de 30% les émissions de gaz à effet de serre entre 2005 et 2018, selon l’Observatoire Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.
  • Tramway, bus et bientôt transport par câble : la métropole grenobloise a su s'équiper d'un réseau de transports en commun performant et toujours plus complet.
  • Après avoir été la première grande ville en France à généraliser la limitation de vitesse à 30km/h, la métropole grenobloise est devenue, en 2019, la plus grande zone à faible émission (ZFE) de France.
  • Grenoble est désormais la première ville de France pour les trajets domicile-travail à vélo et arrive en tête des villes de plus de 100 000 habitants les mieux aménagées pour les déplacements à vélo. La Métropole développe continuellement les réseaux cyclables pour encourager les déplacements à vélo : 475 km de voiries pour les cyclistes ont été aménagées à ce jour dont 25 km d’autoroutes à vélo Chronovélo.
  • Depuis 2014, la ville de Grenoble, 2e ville la plus dense de France, a planté plus de 5 550 arbres avec l’objectif d’en planter encore 10 000 d’ici 2030.
  • Le réseau de chaleur métropolitain, deuxième de France après Paris, utilise désormais près de 80% d’énergie renouvelable et de récupération avec pour ambition d’en utiliser 100% d’ici 2030, contre 0% il y a 60 ans.
  • Plus de 200 000 habitants, soit la moitié de la population, recyclent déjà leurs déchets alimentaires. Grenoble est la première grande métropole de France à mettre en place une collecte des déchets alimentaires. Objectif : 100 % des habitants dès 2022 !
  • La station d’épuration métropolitaine Aquapole produit suffisamment de biogaz (issu du traitement des boues des eaux usées) pour faire rouler au quotidien au BioGNV plus de 125 bus de l’aire urbaine grenobloise.
  • Depuis 2008, la Ville de Grenoble a arrêté l'usage de tout produit chimique dans ses espaces verts, et depuis 2019 dans ses espaces publics.
  • L'entreprise publique locale GEG (Gaz Electricité Grenoble) entend produire 350 GWh d’énergies renouvelables d’ici fin 2022, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle des particuliers grenoblois, grâce à son parc éolien, ses centrales hydroélectriques et photovoltaïques notamment.
  • Les cantines scolaires de la Ville de Grenoble sont approvisionnées au moins à 60 % en produits bio ou locaux, pour partie en provenance de la ferme urbaine de Grenoble.
  • Les cantines scolaires de la Ville de Grenoble sont approvisionnées à 60% en produits bios et/ou locaux. (95% pour les crèches). Chaque année, le centre horticole de la Ville produit 3,5 tonnes de légumes pour la restauration collective municipale.
  • Le Département de l’Isère a mis en place en 2015 un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire dans les cantines des collèges afin de sensibiliser les futurs citoyens et de maîtriser l’impact environnemental de la restauration. Ces actions ont déjà permis de réduire de moitié le gaspillage alimentaire dans les cantines des collèges isérois.
  • Une marque agroalimentaire locale, ishere, a été lancée par le département, garantissant la provenance géographique du produit transformé et de des ingrédients agricoles, la juste rémunération des producteurs et des modes de productions respectueux de l’environnement.
  • La vision d'un espace urbain comme espace de vie, doux pour les piétons et les cycles, pour les enfants et les seniors, prend corps. Elle s'incarne autour de quartiers exemplaires, comme celui de la caserne de Bonne, pionnier en France, et lors d'interventions menées dans les différents espaces publics existants.

Un projet à partager

© Sylvain Frappat / Ville de Grenoble
« Grenoble Capitale verte européenne » est un projet rassembleur, porté par de nombreux partenaires mobilisés pour relever ce défi ensemble : la Ville, la Métropole et le Département. Cette distinction offre au territoire un rayonnement à dimension européenne. Surtout, elle représente une opportunité unique pour hisser plus haut ses ambitions en matière de transition pour un futur vivable et durable.

Sans oublier que l'année « Grenoble capitale verte européenne » coïncidera avec la présidence française du Conseil de l'Union européenne. De quoi renforcer encore l'écho de cette distinction et réaffirmer la notoriété du territoire et des partenaires impliqués sur la scène européenne, sous la bannière « Green Grenoble ». Cette nouvelle marque fédère les acteurs de la dynamique politique, économique et sociale, rassemblés pour proposer une programmation ambitieuse.